Petit Guide des Émotions : Développez votre Intelligence Émotionnelle (2/2)

par 0

émotions_2

On poursuit notre tour d’horizon plein d’émotions ! Pour ceux qui ont manqué la première partie, c’est par ici.

La colère

La colère s’exprime à plusieurs occasions : un obstacle, une injustice, l’atteinte à son intégrité, à ses valeurs, etc.

L’expression caractéristique de la colère est l’attaque. Que ce soit envers les autres ou envers soi-même. C’est une réaction de protection, souvent précédée par la peur, l’anxiété, le stress et la fatigue.

La colère a une fonction de protection mais aussi de réparation. Elle nous prépare et nous pousse à l’action. Afin de reprendre le contrôle de la situation et de rétablir l’équilibre en cas d’injustice.

Il existe plusieurs moyens de calmer la colère :

  • Satisfaire ses besoins et diminuer les causes de l’irritation
  • Sortir de la situation qui provoque la colère pour prendre du recul
  • Se centrer sur les causes de la colère et non sur la personne
  • Se mettre à la place de l’autre (l’empathie)

Quand vous ressentez de la colère, tentez de prendre du recul sur la situation et demandez-vous quel est le besoin à satisfaire, ou l’injustice à réparer.

Pensez aux personnages de films de super-héros par exemple. Le méchant ou l’anti-héros agit suite à une humiliation, un traumatisme ou pour récupérer quelque-chose qu’il a perdu.

Exemple : Bruce Wayne devenu Batman suite à la mort de ses parents.

La tristesse

La tristesse est due à un deuil, une perte, à un manque de manière générale. Evidemment quand on est triste on se replie sur soi.

Le plus difficile mais aussi le plus salutaire, c’est d’accepter ce moment de faiblesse. Car c’est le moteur de nos transformations. La tristesse est un apprentissage qui nous permet de grandir.

Le repli sur soi, le retrait de l’action, se fait pour qu’on puisse réfléchir sur ce qui nous met dans cet état, et comprendre ce qu’on doit faire pour se relever.

Les besoins à combler :

  • Exprimer sa tristesse
  • Etre réconforté
  • Etre rassuré
  • Faire des activités positives pour se relever

Les émotions sociales

Les émotions sociales, contrairement aux émotions de base, ne sont pas universelles mais apprises, culturelles. Elles reposent sur les valeurs et les croyances d’une société.

La jalousie

La jalousie est une émotion sociale complexe, souvent colorée par d’autres émotions, comme la tristesse, la colère ou la rancœur.

On la rencontre bien sûr dans un couple, mais également dans toutes les situations triangulaires. C’est la peur de perdre l’amour d’un être cher, au bénéfice d’autrui, qui nous rend jaloux.

Selon moi la jalousie découle avant tout d’un manque de confiance en soi. La personne jalouse doute de ses capacités à maintenir le lien avec la personne qu’elle a peur de perdre.

En réalité la personne jalouse pense, à tort ou à raison, ne pas être à la hauteur, et ne pas posséder les qualités nécessaires pour garder ou obtenir l’amour de l’autre.

Cette croyance accroît le sentiment d’insécurité et de colère vis-à-vis de l’élément perturbateur, qui est perçu comme un danger pour la relation.

Pour mieux comprendre il suffit de vous demander : « est-ce j’ai déjà été jaloux de quelqu’un qui n’a rien de plus que moi ? Quelqu’un qui ne m’arrive pas à la cheville ? »

Si la réponse est non, c’est parce que vous aviez assez de confiance en vous-même par rapport à cette personne. Elle n’était pas un danger pour vous.

La honte

Selon notre petit Robert, la honte est « un sentiment pénible dû à son infériorité, à son indignité ou à son abaissement dans l’opinion des autres. »

Ce sentiment s’accompagne de rougissements et de signes reconnus dans plusieurs cultures comme baisser la tête, se cacher les yeux ou le visage. Le tout peut s’accompagner d’un désir de fuite.

La honte a avant tout une fonction, protéger son identité sociale par rapport à un groupe, pour ne pas être rejeté.

La question de la honte est : Est-ce que mon attitude correspond aux normes acceptées par le groupe ? Cette réaction apparaît lorsqu’on ne satisfait pas à la norme du groupe et qu’on risque d’en être exclu.

La honte nous permet de savoir quand on a fait une erreur. Les gestes de liés à la honte ainsi que le rougissement permettent de créer de l’empathie et de l’indulgence de la part des autres.

Cette émotion a pour rôle de pacifier les relations. Elle peut être difficile à avouer, notamment pour des moments gênants ou pénibles.

La culpabilité

La culpabilité est un sentiment par lequel on se sent coupable d’une mauvaise action, réelle ou non.

Alors que la honte se réfère à notre identité, la culpabilité se réfère à nos actes et à nos comportements.

La culpabilité c’est un peu le radar de notre conscience. Elle nous permet de savoir quand nos actes sont bons ou mauvais par rapport à nos valeurs et notre code moral.

La honte et la culpabilité sont liés, car dans les deux cas nous baissons la tête en évitant le regard de l’autre. D’ailleurs la honte précède souvent la culpabilité.

Ce sentiment peut venir d’un préjudice causé à l’autre et permet, pour faire simple, de s’adapter pour ne plus recommencer. L’adaptation se fait ici par rapport à nos croyances et à notre comportement.

Conclusion : Connait-toi toi-même

Comme disait Socrate : Connais-toi toi-même.

Pour le philosophe, la base de la connaissance et de la sagesse est la connaissance de soi. Cette connaissance passe par celles de vos émotions. Connaitre ces signaux et les besoins qui s’y rattachent est primordial pour se connaitre et améliorer nos relations avec nos semblables.

Tout simplement parce qu’on perd trop souvent le contact. On refrène les émotions qui ne nous plaisent pas, alors qu’elles sont vitales pour notre compréhension, pour avancer malgré les difficultés et les moments de doutes.

L’émotion est avant tout une expression, une voix qu’il faut écouter, sous peine qu’elle se manifeste par d’autres moyens comme par exemple la frustration, l’aigreur ou la maladie.

En clair plutôt que de la bâillonner, laisser là s’exprimer pleinement en la laissant passer, laissez filer la vague. Elle s’évanouira d’autant plus vite.

Servez-vous donc de tout ça comme d’une boite à outil quand vous en aurez besoin, et soyez heureux. N’oubliez pas que c’est avant tout un choix.

Vous avez tendance à être plutôt émotif ? La jalousie, pour ou contre ?

Jason

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

wpDiscuz

4 Partages
Partagez4
Tweetez
Aller à la barre d’outils