Comprendre et Vaincre Sa Peur

par 0

vaincre-sa-peur

Comment vaincre sa peur ? Sujet ô combien important de nos jours, qui peut faire des ravages et empêcher des tas de gens de devenir ce qu’ils veulent être ou de faire les choses qui les rendent heureux.

Aujourd’hui on s’attaque à un gros morceau, qu’il vaut mieux connaitre et maîtriser si on veut avancer dans la vie. Voyons les caractéristiques de la peur et comment en faire une alliée.

Les choses importantes à savoir sur la peur

Tout le monde a peur

La première chose à savoir, et qui devrait vous rassurer : tout le monde a peur. Absolument toute personne normalement constituée ressens de la peur et de l’anxiété régulièrement, surtout pour les choses nouvelles.

La première chose à faire pour que la peur soit votre alliée est de prendre conscience que peu importe qui vous êtes et ce que vous vivez, vous ressentirez de la peur continuellement. Même les personnes qui vous paraissent extrêmement confiantes en toute situation ne le sont pas 100% du temps.

Le conférencier sûr de lui devant 100 personnes a sûrement travaillé dur pour devenir une personne à l’aise en public, ça ne se fait pas du jour au lendemain.

C’est naturel d’avoir peur

La peur est un mécanisme de défense naturel qui est là pour nous prévenir des changements ou du danger. En réalité nos difficultés à gérer nos craintes viennent en partie du fait que l’on repousse la peur à tout prix, comme quelque-chose de fondamentalement nocif.

Alors qu’elle est essentielle, car si la peur n’existait pas, nous serions tous totalement instables et inconscients du danger ou du mal que l’on peut causer.

La peur ne disparaît jamais

La peur faisant partie intégrante de notre arsenal de survie, elle ne disparaîtra jamais, et c’est tant mieux ! C’est un signal extrêmement utile si on apprend à gérer cette émotion.

La peur nous informe que quelque chose change dans notre environnement, que nous sortons de notre zone de confort. Elle peut être paralysante si elle nous envahit, mais aussi motivante pour nous aider repousser nos limites.

Pour en profiter un maximum, dites-vous que chaque fois que la peur se manifeste, c’est le signe que vous pouvez devenir meilleur et progresser.

Pour transformer votre peur en moteur, il faut savoir l’apprivoiser.

Comment gérer sa peur au quotidien

Exposez-vous à vos peurs

Mauvaise nouvelle, ou bonne selon les points de vue, la seule façon de réduire sa peur, et de s’y confronter !  Faire face à la situation qui vous effraie est le moyen le plus sûr et efficace de voir sa peur diminuer puis disparaître.

Souvent on se dit : « Non pas aujourd’hui je suis trop fatigué / occupé plus tard ce sera mieux ». Cette façon de penser amène 2 erreurs à ne pas commettre :

  • Non seulement cette croyance est fausse, car la peur disparaît mais seulement provisoirement et reviendra plus tard dans la même situation.
  • Et au moment où elle revient, elle sera encore plus forte car vous aurez encore moins confiance en vous en ayant échoué une première fois.

Vous diminuez votre confiance en vous car vous penserez que vous n’y arriverez jamais. Alors jeter vous à l’eau, au risque de vous noyer.

Agissez rapidement

Pour s’exposer à sa peur sans qu’elle ne prenne le contrôle sur vous, vous devez agir vite. Plus vous attendez avant de passer à l’action et plus vous réfléchirez, ce qui ne fait pas bon ménage.

La réflexion et le doute peuvent empêcher toute action de votre part. Dans l’idéal lorsque vous voulez faire quelque chose qui vous effraie, agissez dans l’instant.

Si vous voulez prendre la parole en public lors d’une réunion par exemple, n’attendez pas et manifestez-vous tout de suite. De cette façon vous empêcherez tout dialogue intérieur toxique du genre :

  • « Et si je pose une question bête et qu’on me trouve ridicule ? »
  • « Peut-être que ce n’est pas le moment d’intervenir, j’aurais le temps plus tard. »
  • « Je serai plus à l’aise quand il y aura moins de monde. »
  • « Finalement mon intervention n’est pas si utile que ça. »

L’effet pervers de ce genre de comportement c’est que sur le coup on se sent libéré d’un poids. Mais comme je le disais vous aurez toujours peur d’intervenir à un autre moment, sans parler de la culpabilité de ne pas avoir réussi à vous dépasser.

Donc ne vous enfermez pas sur vous-même, ouvrez-vous vers l’extérieur et agissez !

Procédez petit à petit

Il existe évidemment des situations qui sont trop angoissantes pour y faire face, par manque d’expérience ou d’habitude. Dans ce cas procéder par palier. Je vais prendre mon propre exemple :

Au début de mes études j’étais terrifié à l’idée de lever la main pour parler en cours. Surtout pour faire de longues démonstrations où tout le monde m’écoute parler et me juge.

A chaque fois j’avais une réponse à donner ou une question à poser mais rien ne sortait, je ne bougeais pas un orteil.

J’attendais et je réfléchissais trop pour savoir si j’allais être à la hauteur, résultat je commençais à avoir chaud et je sentais ma gorge se nouer. Toute la panoplie du parfait peureux inactif.

A force de culpabiliser sur le fait que je ne faisais rien, j’ai décidé d’y aller doucement en faisant des choses moins angoissantes pour moi :

  • J’ai commencé par me mettre devant, pour ne pas voir les gens autour de moi.
  • J’ai ensuite pris la parole sans lever la main pour ne pas attirer l’attention sur moi en donnant des réponses courtes.
  • Je me suis entraîné ensuite à parler plus fort, prendre la parole de plus en plus longtemps.
  • Puis j’ai pris l’habitude d’intervenir autant que possible comme au restaurent ou en soirée.

Je ne suis pas encore un as du discours et je suis encore parfois timide pour prendre la parole en public mais j’ai bien plus confiance en moi aujourd’hui.

Faites de la nouveauté une habitude

Comme dans mon exemple, habituez-vous à agrandir votre zone de confort dès que possible. Prenez des risques et testez de nouvelles choses.

Tout bêtement prenez un autre chemin pour aller au travail ; commandez un nouveau plat au resto (oui j’ai faim en écrivant cet article).

Peu importe mais faites de nouvelles choses et agrandissez le terrain de jeu qu’est votre vie !

Faire « comme si… » et accepter ce qui arrive

Si vous pensez ne pas être à la hauteur d’une tâche ou d’une fonction, faites comme si c’était le cas. Quand quelqu’un vous demande un service car il croit en vous, est-ce que vous faites les choses à moitié ?

Non ! En général vous vous donnez à fond pour être à la hauteur et renvoyer une bonne image de vous-même. Vous voulez correspondre à l’image positive qu’on vous renvoi, et c’est normal.

Il suffit donc de croire profondément en vous-même, sans intermédiaire et de penser que tout se passera parfaitement bien. Pour vous rassurer et vous pousser à l’action dites-vous :

« Même si ça se passe mal, quoi qu’il arrive je saurais faire face ». Ancrez ça profondément en vous, et plus aucune excuse ne vous empêchera de de vous lancer !

Si vous voulez approfondir le sujet, je vous conseille l’excellent livre « tremblez mais osez » de Susan Jeffers

Conclusion : Apprenez à aimer la peur

Tous ces conseils pour arriver à une chose : Plutôt que de vouloir dominer et anéantir votre peur, faites-en une alliée.

Apprenez à aimer cette sensation de frisson et de doute juste avant de vous bouger. Lancez-vous et constatez la sensation de bien-être et de fierté d’avoir franchi un nouveau cap, pour ensuite passer au suivant !

Qu’est-ce que vous aimeriez faire qui vous effraie ? Moi j’aimerais partir en voyage seul, et c’est prévu pour cette année !

Jason : « Le courage c’est être le seul à savoir qu’on est mort de peur. »

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

wpDiscuz

0 Partages
Partagez
Tweetez
Aller à la barre d’outils